En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

RENCONTRE

17:00 18:30

Emission en cours

RENCONTRE

17:00 18:30


  • Non classé

À Offenbach-sur-le-Main, en Allemagne, des champignons d’enfer

Écrit par le 30 mars 2024



La troisième vie de ce que l’on pourrait appeler “les enfers d’Offenbach” est peut-être la plus heureuse, probablement la plus judicieuse, et incontestablement la plus savoureuse de toutes celles qu’a connues cet endroit souterrain.

Il y a fort longtemps, à l’époque où le Main gelait encore, c’est là que des brasseurs entreposaient leurs bières au frais. Après la Seconde Guerre mondiale, c’est là que des légendes locales du jazz venaient se produire. Aujourd’hui, c’est là que règne des eucaryotes – qui n’ont rien à voir avec Eurydice, même si le visiteur qui souhaite les voir pourrait tout à fait se sentir comme Orphée à l’entrée du royaume souterrain [l’auteur file ici la métaphore du royaume des morts avec une référence à Orphée aux Enfers, un opéra-bouffe du compositeur Jacques… Offenbach (1819-1880), dont la famille paternelle était originaire de la ville].

Dans une ruelle d’Offenbach, à la porte d’une maison parfaitement ordinaire, nous contemplons en effet un escalier qui s’engouffre dans une lumière blafarde jusqu’à 12 mètres de profondeur et nous conduit, non pas à Charon, le passeur d’âmes, mais à Mathias Kroll, sémillant myciculteur.

Le repaire d’un autodidacte

Son royaume est un labyrinthe de voûtes en pierre naturelle, où les conditions idéales pour la culture des champignons sont réunies pendant toute l’année. Douze degrés Celsius et environ 90 % d’humidité – assurés en hiver avec l’aide de brumisateurs à ultrasons – permettent à une multitude de champignons comestibles de peupler des centaines de rayons d’étagères en métal : champignons de Paris, shimeji, shiitaké, maïtaké, champignon corail ou pholiote changeante.

Kroll les vend sur les marchés de la région, aux restaurants étoilés de Francfort comme Lafleur ou Gustav ainsi qu’à des négociants dans toute l’Allemagne, à 30 euros le kilo. Un prix que justifient ses méthodes artisanales

La suite est réservée aux abonnés…

Dessin de Lauzan
  • Accédez à tous les contenus abonnés
  • Soutenez une rédaction indépendante
  • Recevez le Réveil Courrier chaque matin

Source de l’article

Frankfurter Allgemeine Zeitung (Francfort)

Fondée en 1949 et menée par une équipe de cinq directeurs, la FAZ, grand quotidien conservateur et libéral, est un outil de référence dans les milieux d’affaires et intellectuels allemands. Plus de 300 rédacteurs et 40 correspondants à l’étranger participent à son élaboration, ce qui la rend largement indépendante des agences de presse.

Elle s’est longtemps distinguée par son refus de la couleur et de l’image. En 2007 apparaît pour la première fois l’image de une. Considérée comme le plus grand quotidien en Allemagne, elle s’inscrit dans la lignée des grands titres anglophones comme The New York Times et le Financial Times. Une place importante y est accordée au traitement de l’information internationale et économique.

Site complet à l’agencement agréable avec des rubriques classiques, des forums à thème et des dossiers (à accès payant). Outre son site principal, qui reprend les articles de la version papier, le journal propose aussi des contenus en anglais.

Lire la suite

Nos services



Source link

Donnez une note

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quinze − 5 =