En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Audiences : France 2 à un sommet historique face à TF1

Écrit par le 31 juillet 2023


[ad_1]

Publié le 31 juil. 2023 à 18:18Mis à jour le 31 juil. 2023 à 18:30

Juillet aura été décidément un mois palpitant dans le PAF. Grâce au Tour de France, jamais France 2 n’avait été aussi proche de TF1 en termes d’audience sur un mois. Certes, la Une garde son leadership, mais la compétition s’est jouée dans un mouchoir de poche. Selon le Mediamat mensuel, dominé par TF1 depuis son origine, la Une a enregistré 19 % de part d’audience (PdA) en juillet, contre 18,5 % pour France 2 (population âgée de plus de 4 ans).

En revanche, un autre indicateur, le niveau consolidé des audiences de toutes leurs chaînes, montre que le groupe France Télévisions est depuis longtemps devant le groupe TF1, qui bénéficie cependant des bonnes performances d’autres chaînes, notamment LCI.

Quête datant de 1987

Dans le secteur, la remontée est telle que certains accusent même France Télévisions d’avoir favorisé sa chaîne phare en transférant certains programmes, au détriment de France 3, ce que le groupe public récuse. La quête du leadership pour France 2 ne date pas d’hier, mais de la privatisation de TF1 en 1987. Un peu partout ailleurs en Europe (Royaume-Uni, Allemagne, Italie, etc.), c’est le service public qui détient la chaîne numéro un, la France étant l’exception.

Pour autant, presque personne ne parie sur un dépassement durable. TF1 aura son heure de gloire à la rentrée avec la Coupe du monde de rugby. Mais il y a des mouvements de fond. Sur la saison 2022-2023 (septembre à juin) TF1 enregistre une PdA de 18,5 % contre 14,9 % pour France 2, soit l’écart le plus faible depuis au moins dix ans.

« C’est gênant mais pas dramatique car TF1 et M6 visent les cibles commerciales (femmes responsables d’achats, 25-49 ans), rappelle un connaisseur du marché. Cela dit, perdre en ‘puissance’ signifie aussi moins de retombées sur les cibles secondaires. Cela prive ces chaînes d’arguments auprès des annonceurs »

Saison en dents de scie pour TF1

De fait, TF1 a eu des audiences en dents de scie cette saison. Impactée en septembre et octobre par l’écran noir imposé par Canal+, la Une a connu des pics en décembre grâce au Mondial de football. Même si les premiers mois de 2023 ont été compliqués, ses parts d’audience progressent nettement sur les cibles commerciales et les jeunes.

« La chaîne TF1 veut rester leader sur la population française pour des raisons symboliques, culturelles et d’impact sociétal », expliquait récemment le PDG du groupe, Rodolphe Belmer. Il a répété que le groupe visait la performance sur ses cibles commerciales mais aussi qu’il faudra de plus en plus additionner audiences linéaires et non linéaires, alors que les usages évoluent et que TF1 accélère dans le streaming.

Ecart assez significatif

« Il faut relativiser l’idée que les courbes d’audiences se croisent un jour, tempère pour sa part Stéphane Sitbon-Gomez, directeur des antennes et des programmes chez France Télévisions. Nous avons une bonne dynamique. Mais de manière structurelle, l’écart avec TF1 reste assez significatif ».

Plusieurs raisons expliquent la progression des audiences, selon le dirigeant. Tout d’abord, Delphine Ernotte (en poste depuis 2015) et son équipe peuvent impulser une stratégie de long terme, alors qu’auparavant il y avait des changements de présidence tous les cinq ou trois ans… La fin de la concurrence entre chaînes a aussi joué, depuis que Delphine Ernotte a décidé de les réunir sous une seule direction des programmes en 2019.

Choix éditoriaux

Ensuite, France Télévisions a augmenté ses investissements dans la création (fiction, cinéma, documentaires, spectacle vivant, etc.) ces dernières années, alors même que le groupe a procédé à des économies. Le groupe a aussi fait des choix éditoriaux payants, comme la refonte de « Télématin » il y a deux ans, le chamboulement de la grille en journée, ou encore une montée en gamme dans la fiction française.

Mais, parmi les détracteurs, on attribue souvent les succès de France 2 en partie à une structure plus âgée des audiences. En pratique cependant, ses audiences auprès des jeunes et des moins de 25-49 ans se maintiennent. Autre critique faisant écho à une récente attaque des chaînes privées, celle d’une présumée dérive commerciale sur la Deux : selon certains, sur France 2 il y aurait trop de jeux, pas suffisamment d’exposition au spectacle vivant, trop de séries policières, etc.Des critiques fermement rejetées par France Télévisions. En spectacle vivant, par exemple, France 2 a arrêté les diffusions de nuit et augmenté les expositions aux horaires de grande écoute. La chaîne a aussi fortement réduit les cases destinées aux divertissements, avec une vingtaine de prime seulement, comme « Les Grosses Têtes » de Laurent Ruquier. France Télévisions veut aussi réserver, à partir de la rentrée, des soirées au documentaire en prime time chaque semaine.

[ad_2]

Source link