En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


ce qu’il faut retenir de la journée du vendredi 21 juillet

Écrit par le 22 juillet 2023


[ad_1]

« Le fait que la Russie ait mis un terme à sa participation à l’Initiative de la mer Noire, couplée à ses bombardements de ports capitaux, va encore aggraver la crise », a mis en garde la secrétaire générale adjointe de l’ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo.

Depuis la fin de l’accord sur les céréales ukrainiennes, la situation en mer Noire ne cesse de se tendre. « Les menaces de prendre pour cible des navires civils en mer Noire sont inacceptables », a jugé la secrétaire générale adjointe de l’ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, vendredi 21 juillet. Franceinfo revient sur les faits marquants de la journée.

L’ONU craint une escalade en mer Noire

Selon le ministère russe de la Défense, des navires russes ont tiré des missiles de croisière antinavires « sur un bateau cible dans la zone d’entraînement au combat de la partie nord-ouest de la mer Noire ». Les jours précédents, la Russie puis l’Ukraine ont déclaré considérer comme militaires tout navire circulant en mer Noire.

Ces menaces sont « inacceptables », a estimé une haute responsable de l’ONU, Rosemary DiCarlo, devant le Conseil de sécurité. « Nous sommes également inquiets d’informations concernant des mines installées en mer Noire, menaçant la navigation civile », a-t-elle ajouté.

« Le risque que le conflit s’étende en réponse à un incident militaire en mer Noire – intentionnel ou accidentel – doit être évité à tout prix, vu qu’il pourrait conduire à des conséquences catastrophiques pour nous tous. »

Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe de l’ONU

devant le Conseil de sécurité de l’ONU

« Le fait que la Russie ait mis un terme à sa participation à l’Initiative de la mer Noire, couplée à ses bombardements de ports capitaux, va encore aggraver la crise », a ajouté Rosemary DiCarlo.

Le président russe met en garde en cas d' »agression » de la Biélorussie

La situation se crispe également du côté de la Biélorussie, frontalière de l’Ukraine et de la Russie. « Le déclenchement d’une agression contre le Belarus équivaudra à une agression contre la Fédération de Russie. Nous y répondrons par tous les moyens à notre disposition », prévenu le président Vladimir Poutine.

Les combattants du groupe paramilitaire russe Wagner, contraints de partir au Bélarus après leur rébellion manquée en Russie fin juin, s’entraînent avec les forces spéciales de ce pays allié de Moscou, a annoncé Minsk.

Le président russe s’est également lancé dans une violente diatribe contre les autorités polonaises, alors que Varsovie a récemment augmenté la présence militaire à ses frontières avec le Biélorussie à la suite de l’arrivée du groupe Wagner.

L’Unesco voit dans les frappes russes « une menace croissante pour la culture ukrainienne »

L’Unesco a « fermement condamné » des frappes russes menées « jeudi matin tôt » contre le centre-ville d’Odessa (Sud-Ouest de l’Ukraine), qui fait depuis janvier partie du patrimoine mondial de l’humanité. « Selon un bilan préliminaire, plusieurs musées situés au sein du site du patrimoine mondial ont subi des dommages, notamment le musée archéologique, le musée de la flotte et le musée de la littérature d’Odessa », a souligné l’organisation onusienne. « Tous avaient été marqués par l’Unesco et les autorités locales du Bouclier bleu, l’emblème distinctif de la Convention de La Haye de 1954 » pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, qui a donc été « violée » à Odessa, a dénoncé l’Unesco.

L’attaque russe, « perpétrée deux semaines seulement après celle qui a détruit un bâtiment » du centre historique de Lviv (Nord-Ouest), autre site du patrimoine mondial, a également « coïncidé avec la destruction du Centre culturel d’art populaire et d’éducation artistique de la ville de Mykolaïv », a regretté l’Unesco.

Appelant à « cesser toute attaque à l’encontre des biens culturels protégés dans le cadre d’instruments normatifs internationaux largement ratifiés », l’instance estime que « cette guerre constitue une menace croissante pour la culture ukrainienne ».

Vladimir Poutine estime que la contre-offensive menée par Kiev ne donne pour l’instant « aucun résultat »

Le président russe s’est exprimé à la télévision alors qu’il réunissait son Conseil de sécurité. « Les ressources colossales qui ont été injectées dans le régime de Kiev n’aident pas, et les livraisons d’armes occidentales, de chars, d’artillerie et de missiles non plus », a déclaré le président russe, en regardant frontalement la caméra.

Ce n’est pas la première fois que le président russe commente de la sorte la contre-offensive ukrainienne. « Toutes les tentatives de l’ennemi de percer notre défense (…), notamment en utilisant des réserves stratégiques, n’ont pas réussi pendant toute la période de l’offensive. L’ennemi n’a pas obtenu de succès », a-t-il estimé le 16 juillet.



[ad_2]

Source link