En ce moment

Titre

Artiste


  • Non classé

ces eurodéputés d’extrême droite sous influence russe

Écrit par le 31 mars 2024



C’est un ruissellement constant de révélations qui, chaque fois, suscitent la stupeur des dirigeants de l’Union européenne. Le 6 février, le site d’investigation [russe indépendant] The Insider a confirmé que des dirigeants de la Ligue, parti d’extrême droite italien, avaient rencontré en 2019 un agent du Service fédéral de sécurité russe (FSB).

Ce rendez-vous dans un hôtel moscovite avait pour objectif de discuter d’un montage financier opaque destiné à renflouer les finances en difficulté du parti de Matteo Salvini. Une semaine plus tôt, cette même publication révélait que l’assistant parlementaire ukrainien d’un député du Bundestag allemand, affilié au parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), était en fait un agent du renseignement russe.

Bruxelles s’inquiète donc d’autant plus de voir les partis populistes extrémistes, qu’ils soient prorusses ou fortement infiltrés par des agents des services de renseignements russes, grossir les rangs du Parlement européen après les élections européennes de juin [prévues entre le 6 et le 9 juin].

Membre du FSB

La presse italienne s’était déjà fait l’écho de cette réunion au luxueux hôtel Metropol, à deux pas de la place Rouge, entre des représentants de la Ligue et des fonctionnaires russes.

Aujourd’hui, le profil de l’un des participants a été confirmé. Il s’agirait en réalité un membre du renseignement russe : Andreï Kharchenko, un agent de la cinquième direction du FSB, le même service qui a employé pendant des décennies l’eurodéputée

La suite est réservée aux abonnés…

Dessin de Martirena
  • Accédez à tous les contenus abonnés
  • Soutenez une rédaction indépendante
  • Recevez le Réveil Courrier chaque matin

Source de l’article

El Periódico (Ciudad de Guatemala)

Le titre a été fondé en 1996, un mois avant l’accord historique du 29 décembre 1996, qui mit officiellement fin à trente-six ans de guerre civile. Il privilégie les enquêtes, les éditoriaux de plumes célèbres et la culture.

Vingt journalistes travaillent pour éditer ces 32 pages. Son directeur, José Ruben Zamora, est connu pour avoir dénoncé des affaires de corruption et porté plainte contre l’ancien président Alfonso Portillo, ce qui lui valut une visite musclée à son domicile, en 2003, en pleine campagne électorale.

Le site, créé le 9 novembre 2003, est alors uniquement consacré à la campagne électorale. Une nouvelle version, lancée le 2 août 2004, reprend en grande partie les titres et sections du journal papier. La rubrique Investigation est dédiée à des enquêtes approfondies, notamment sur le thème de la corruption.

Lire la suite

Nos services



Source link

Donnez une note

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


11 − dix =