En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Dopage: Vingegaard comme Armstrong !

Écrit par le 22 juillet 2023


[ad_1]

Alors que les soupçons autour de Jonas Vingegaard sont de plus en plus lourds, le Danois oppose la même défense que Lance Armstrong, meilleur symbole des années dopage.

Deux ans seulement après s’être révélé à la face du monde en surgissant de nulle part, Jonas Vingegaard est en passe de remporter son deuxième Tour de France. Si Tadej Pogacar a tenu le choc durant deux semaines, au point de compter seulement dix secondes de retard sur son rival, le Slovène a finalement craqué à son tour. Le leader de la Jumbo-Visma a, lui, enchaîné deux nouvelles incroyables démonstrations de force.

Mardi, le Danois a livré un véritable récital lors des 22 kilomètres du contre-la-montre, reléguant le coureur de l’UAE Emirates à 1’38’’ pour ce qui constitue sans doute la plus impressionnante performance dans un chrono de l’histoire du Tour. Et mercredi, dans la terrible ascension du Col de la Loze, Jonas Vingegaard a livré un autre festival, explosant le record établi en 2020 par Miguel Angel Lopez, banni depuis des pelotons du World Tour pour son implication dans une affaire de dopage. De quoi un peu plus alimenter la suspension.

Armstrong avait également invoqué son fils…

Depuis dimanche, le maillot jaune a dû répondre à plusieurs reprises à cette suspicion. Je comprends tout à fait les questionnements à ce sujet à cause du passé de notre sport. C’est même bien d’être sceptique car sinon cela se reproduira », a-t-il confié une première fois, ajoutant : « Tout ce que je peux dire, c’est que je ne prends rien.» Mais les questions sont revenues, mercredi. « Je ne sais pas ce que je peux dire de plus que les dernières fois. Je sais que c’est normal de ne pas avoir confiance dans un sport qui a vécu des choses terribles il y a 20 ans », a-t-il répété, invoquant jusqu’à sa fille pour se justifier : « Je peux vous dire que je ne prends rien que je ne donnerais pas à ma fille. Et vous pouvez imaginer que je ne donne pas de drogue à ma fille. »

Mais la défense de Jonas Vingegaard n’est pas sans rappeler celle d’un certain Lance Armstrong. Car ce dernier en avait en effet également appelé à son fils pour affirmer ne pas être dopé. « Mon fils s’appelle Armstrong, c’est un nom connu, et le jour où il ira à l’école je ne veux pas qu’on lui dise : « Armstrong, ah oui ! Ton papa est un tricheur, un type qui se dope ! » J’en crèverais », avait-il confié. Et lui aussi s’était réfugié derrière les affaires du passé pour justifier cette suspicion. « J’ai été victime d’un contexte né de l’affaire Festina. L’important, c’est que je suis innocent. A la justice, je peux donner tout ce qu’elle veut… mon sang, mon urine, mes cheveux », avait-il ainsi lancé. Et comme le Danois, l’Américain avait évoqué les nombreux contrôles dont il était l’objet. Sans résultat. « Je n’ai jamais été contrôlé positif. Jamais, avait-il asséné. Et je n’ai pas l’intention de l’être. Savez-vous pourquoi ? Parce que les seules traces que je porte en moi sont celles de l’effort et du travail, et qu’il n’y a pas de test pour ça. » Ces similitudes ajoutent forcément au trouble.

[ad_2]

Source link