En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Dugarry, la trêve avant un violent divorce !

Écrit par le 28 mars 2024


[ad_1]

Le match des Bleus face à l’Ukraine, il y a un quart de siècle, marqua un tournant pour Christophe Dugarry dans son rapport avec les supporters tricolores.

Un an plus tôt, le nom de Christophe Dugarry était copieusement sifflé dans tous les stades de France et sa présence parmi les 22 joueurs convoqués par Aimé Jacquet pour la Coupe du monde 1998 avait valu de sévère critiques au sélectionneur tricolore. L’ancien Bordelais y avait d’ailleurs répondu à sa manière à travers une folle célébration après avoir marqué le premier but face à l’Afrique du Sud.

« Les gens comprennent mieux quel genre de joueur je suis »

Le 27 mars 1999, alors que l’équipe de France, privée de Zinedine Zidane, blessé, ne parvenait pas à prendre le meilleur sur l’Ukraine, une véritable ovation salua d’ailleurs son entrée en jeu au relais de Sylvain Wiltord. Christophe Dugarry n’était plus le mal-aimé du football français. Pour autant, l’attaquant phocéen ne voulait pas parler de revanche, mettant ces marques d’affection sur le compte de son niveau de jeu affiché depuis la Coupe du monde.

« Je ne crois pas, pourtant, que mon jeu ait beaucoup changé. J’ai surtout l’impression que les gens comprennent mieux quel genre de joueur je suis », lança « Duga » dans des propos qui n’étaient pas sans rappeler ceux d’Henri Leconte après sa finale de Roland-Garros perdue dix ans plus tôt. « Lorsque Aimé Jacquet m’avait confié le numéro 9, beaucoup ont cru que mon boulot serait d’inscrire des buts, et uniquement cela. En vérité, mon rôle était surtout d’appuyer les attaquants, développa-t-il. En championnat, je ne marque pas plus de dix buts par saison, mais je donne aussi dix passes décisives. Voilà mes caractéristiques. »

La lune de miel entre Christophe Dugarry et les supporters tricolores ne dura néanmoins qu’un temps. Quelques mois plus tard, les huées reprirent, jusqu’à Marseille comme en témoigne les bordées de sifflets descendues des tribunes lors de la rencontre France-Fifa All Stars pour celui qui avait certes quitté l’OM pour revenir à Bordeaux. Une situation qui avait même énervé Zinedine Zidane, le meneur de jeu tricolore envoyant de rage un ballon en touche pour protester. « Si je n’étais pas à Bordeaux, je serais déjà reparti tenter des choses à l’étranger. Heureusement, je vis des choses formidables dans le club que j’aime », confia-t-il à l’automne, ajoutant que « ce sera de plus en plus dur. »

[ad_2]

Source link


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *