En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


En Israël, une “marée” humaine marche vers Jérusalem contre la réforme judiciaire de Nétanyahou

Écrit par le 23 juillet 2023


[ad_1]

C’est “l’acte de résistance le plus puissant jamais accompli par la démocratie israélienne”, estime samedi 22 juillet Anshel Pfeffer, journaliste du quotidien de gauche israélien Ha’Aretz.

À l’approche d’un vote crucial sur la réforme judiciaire controversée du gouvernement Nétanyahou, des dizaines de milliers de manifestants sont entrés dans l’après-midi à
Jérusalem, après avoir parcouru les quelque 65 kilomètres entre Tel-Aviv et la Ville sainte.

Munis de drapeaux israéliens, formant une colonne longue de plusieurs kilomètres, ils ont marché sous un soleil brûlant le long de la route principale en direction de Jérusalem, entonnant des slogans antigouvernementaux. “Ils sont arrivés de tous les coins d’Israël. Des personnes âgées, des hommes et des femmes, des enfants, bloquant l’entrée de Jérusalem et remplissant toutes les rues menant à la gare routière centrale”, raconte le journaliste d’Ha’Aretz. “Une marée” humaine “à perte de vue”.

Pfeffer décrit un “événement totalement spontané, qui a débuté avec quelques centaines de militants mercredi, avant que peu à peu des milliers, puis des dizaines de milliers les rejoignent […] Il s’agit d’une explosion de colère entièrement volontaire et populaire contre un gouvernement extrême qui s’apprête à changer le caractère d’Israël”.

Selon le gouvernement Nétanyahou, la réforme judiciaire vise entre autres à rééquilibrer les pouvoirs, en diminuant les prérogatives de la Cour suprême, que l’exécutif juge politisée, au profit du Parlement. Mais ses détracteurs estiment qu’elle risque d’ouvrir la voie à une dérive antilibérale ou autoritaire.

“Notre arme secrète : nous n’avons nulle part d’autre où aller”

Réunis dans la soirée devant la Knesset et la Cour suprême, les manifestants entendent faire pression sur les députés qui doivent débattre dès dimanche matin au Parlement d’une mesure de la réforme visant à annuler la possibilité pour la justice israélienne de se prononcer sur le “caractère raisonnable” des décisions du gouvernement. La marche des Israéliens vers Jérusalem s’inscrit donc “dans le cadre d’un ultime effort pour empêcher l’adoption” du texte, explique le Times of Israel.

“Nous nous battrons sur les routes, aux carrefours, sur les échangeurs, sur les ponts, sur les routes, sur les montagnes et dans les vallées, nous nous battrons jour et nuit, été comme hiver, nous ne nous rendrons jamais”, écrivait dimanche le journaliste Ben Caspit dans un éditorial publié sur le site de Maariv. “Notre avantage est clair”, estime-t-il. “Nous n’avons pas la possibilité de perdre. Tout comme Golda Meir l’a dit un jour à Joe Biden [en 1973]. Notre arme secrète, c’est que nous n’avons nulle part d’autre où aller”.

Les manifestations interviennent alors que le Times of Israel a rapporté tôt dimanche matin que le Premier ministre de l’État hébreu, qui connaît des problèmes de santé, avait été hospitalisé et “subi une intervention chirurgicale réussie” au centre médical Sheba à Ramat Gan pour être équipé d’un pacemaker, une semaine après avoir été hospitalisé pour déshydratation et s’être fait implanter un appareil de surveillance cardiaque. Quelques heures avant l’opération, il avait affirmé dans une vidéo qu’il pensait pouvoir sortir de l’hôpital juste à temps pour pouvoir participer aux débats à la Knesset.

“Une seule personne est capable d’arrêter ce train fou”

Samedi, les manifestants ont reçu le soutien de plus de 10 000 réservistes, dont des pilotes et d’autres membres d’unités militaires de haut niveau, qui ont annoncé qu’ils mettaient fin à leur service, raconte le Times of Israel. Selon le média israélien, le gouvernement Nétanyahou n’a “toutefois pas semblé découragé, plusieurs responsables anonymes de la coalition ayant déclaré aux médias israéliens qu’ils ne capituleraient pas”.

Une attitude jusqu’au-boutiste qui inquiète le journal conservateur The Jerusalem Post, pourtant réputé proche du Likoud de Nétanyahou. Dans un éditorial, le quotidien dit redouter une “collision” entre la police et les manifestants. “Une seule personne est capable d’arrêter ce train fou. Il est temps pour Nétanyahou de prendre les commandes du navire et de dire ’ça suffit’. Pour le bien du pays, et pour éviter que la crise dans laquelle nous nous trouvons actuellement ne s’aggrave davantage, le Premier ministre devrait mettre un terme au processus législatif et inviter les leaders de l’opposition à entamer des pourparlers immédiatement”, conclut le Jerusalem Post.

[ad_2]

Source link