En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


“Ils préfèrent en baver que de dépendre du Danemark”

Écrit par le 31 juillet 2023


[ad_1]

En 2014, Nauja Lynge avait participé à la création de l’association Rigsfællesskabet, qui se bat pour le maintien du Groenland au sein du royaume danois. Aujourd’hui, elle baisse les bras.

L’unité du pays [qui inclut ses deux territoires autonomes, le Groenland et les îles Féroé] ne tient qu’à un fil. En réalité, d’après cette écrivaine, les jeux sont déjà faits, car le Groenland s’oriente de plus en plus vers l’indépendance. En effet, la colère et l’aspiration de ses habitants à s’affranchir d’un Danemark perçu comme paternaliste et arrogant ont fini par devenir indomptables.

“Nous importons tout du Danemark, des idées au papier toilette, mais aujourd’hui nous en avons assez. Nous voulons avoir notre propre papier”, explique Nauja Lynge, non sans souligner les interrogations récurrentes sur la pérennité de l’économie groenlandaise en cas d’indépendance par rapport au Danemark. “Ils préfèrent en baver que de dépendre du Danemark.”

Il semblerait que Nauja Lynge ait raison. Car les Groenlandais ont fait un pas décisif sur la voie de l’indépendance. Après cinq années de travail, la Commission constitutionnelle du Groenland a présenté fin avril un projet de texte en 49 articles qui pourrait bien former la base juridique d’une séparation d’avec le Danemark.

La date d’un éventuel référendum sur la Constitution est encore incertaine. On ignore également si les Groenlandais sont prêts à assumer les conséquences économiques et sécuritaires d’une rupture avec le Danemark.

Leader du parti indépendantiste Naleraq (opposition), Pele Broberg est l’un des partisans les plus intransigeants de l’indépendance. Il n’en est pas moins l’un des critiques les plus virulents à l’encontre du nouveau projet de Constitution, qu’il qualifie de “mascarade” jouée par les deux partis du gouvernement [autonome] de Nuuk : le Siumut et le parti socialiste Inuit Ataqatigiit.

Une Constitution controversée

“Les deux grands partis se sont intéressés davantage au salaire des uns et des autres, à l’attribution de logements, aux avantages à accorder à certains et aux noms à faire figurer dans les livres d’histoire”, affirme Pele Broberg.

D’une façon générale, les travaux de la Commission constitutionnelle se sont déroulés de manière chaotique, avec des changements de président et des accusations de participation insuffisante des citoyens et de dépenses effrénées. En avril 2022, l’ancien Premier ministre Kuupik V. Kleist a quitté ses fonctions de président de ladite commission en raison de désaccords internes.

Lorsqu’on l’interroge quant à une date concrète pour un référendum sur la

La suite est réservée aux abonnés…

Dessin de Verane Cottin
  • Accédez à tous les contenus abonnés
  • Soutenez une rédaction indépendante
  • Recevez le Réveil Courrier chaque matin

Source de l’article

Berlingske (Copenhague)

Le quotidien Berlingske est paru pour la première fois en 1749. Ainsi le journal, qui se positionne politiquement au centre droit, est le plus ancien du royaume danois. Au fil du temps, Berlingske a changé de propriétaire, de format et de nom à plusieurs reprises. Aujourd’hui, il fait partie du groupe Berlingske Media, qui appartient au groupe britannique Mecom. Le groupe publie aussi le tabloïd BT et l’hebdomadaire Weekendavisen.
Depuis 2006, Berlingske a le format tabloïd, et en janvier 2011, il a changé son nom de Berlingske Tidende à Berlingske. En même temps il a commencé à publier un magazine d’actualité hebdomadaire et de ne mettre qu’une partie de ses articles en ligne. A l’occasion du changement, sa rédactrice en chef, Lisbeth Knudsen, a dit :
« La consommation des médias évolue de manière dramatique ces années, et il faut plus que juste quelques ajustements annuels du contenus et du design. Le journalisme doit être adapté au nouveau paysage médiatique, et le journal a toujours un rôle à jouer».

Le site du Berlingske Tidende n’offre pas toutes les informations du journal imprimé, mais donne une vue de l’ensemble de ses informations. Les éditoriaux et les chroniques sont également mis en ligne.  En outre , Berlingske a développé l’INFOshop, un genre de base de donnés pour les lecteurs, par exemple les 100 plus grandes entreprises danoises, une carte montrant les attaques à la maison au Danemark, une comparaison des compagnies aériennes etc.

Lire la suite

Nos services

[ad_2]

Source link