En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Juillet toujours au-dessus des normales en France, malgré la fraîcheur qui s’annonce

Écrit par le 31 juillet 2023


[ad_1]

Ces derniers jours ont beau apparaître frais et maussades sur certaines régions, juillet n’en a pas moins été le 18e mois consécutif avec des températures au-dessus des normales en France, a annoncé lundi Météo-France. « Après un mois de juin très chaud sur l’ensemble de la France et très ensoleillé sur la moitié nord, juillet 2023 laisse un ressenti globalement frais », mais pourtant son bilan est en fait « proche des normales », indique l’institut de prévisions météorologiques dans un communiqué.

15e mois de juillet le plus chaud depuis 1900

Sur l’ensemble du mois et du pays, la température moyenne devrait se situer « entre 21,8 et 22 degrés, soit environ +0,8 degré au dessus de la normale ». Il s’agit même du 15e mois de juillet le plus chaud depuis 1900. Et depuis février 2022, tous les mois ont été plus chauds que la normale dans l’Hexagone.

 

Car même si en Bretagne, dans les Hauts-de-France ou en Champagne, les températures ont été « très proches de la normale, voire localement légèrement fraîches », le mois a surtout été marqué par des températures caniculaires dans les régions méditerranéennes. La Corse a ainsi traversé sa deuxième plus longue vague de chaleur depuis 1947 du 8 au 24 juillet. L’île a connu « un de ses mois de juillet les plus chauds » avec juillet 2022 et 2015, avec une température moyenne de 24,9 degrés.

Des records absolus tous mois confondus ont par ailleurs été battus à Sarrelongue (Pyrénées-Orientales), avec 40,4 degrés et Cannes (Alpes-Maritimes) avec 39,2 degrés. Dans le reste du pays, les températures ont été 1 à 2 degrés au dessus des normales.

Pourquoi l’impression d’un « été pourri » ?

Mais alors pourquoi certaines régions ont-elles l’impression désagréable de vivre un été pourri ? C’est parce qu’après l’été 2022, marqué par trois vagues de chaleur, on s’est en quelques sorte « habitué aux canicules » et « complètement déshabitué à ces périodes humides et fraîches dans le nord de la France qui arrivaient, même au coeur de l’été », a rappelé le climatologue Robert Vautard sur France Info.

 

« Les souvenirs que l’on a sont parfois biaisés par des moments particuliers, et là on a eu une série d’étés très chauds entre 2017 et 2020, puis l’été dernier. On n’avait plus l’habitude de ces séquences fraîches, mais sur le temps long, c’est normal d’avoir de la pluie ou des températures de 16 ou 18 degrés même l’été sur certaines régions. Ça fait partie du climat tempéré », explique François Gourand, prévisionniste chez Météo-France.

[ad_2]

Source link