En ce moment

Titre

Artiste


« La construction d’une ambition politique pour la gestion des eaux pluviales ne peut être différée plus longtemps »

Écrit par le 23 mars 2024



L’eau est une préoccupation majeure. Qualitatives ou quantitatives, les crises de l’eau font l’actualité. Sécheresses hivernales dans les Pyrénées-Orientales, inondations dramatiques dans le Pas-de-Calais et dans le Gard, crise de l’eau potable à Mayotte, pollution des huîtres du littoral par le débordement des réseaux d’eaux usées : elles sont toutes le reflet d’une même réalité.

Parmi ces crises, la gestion des eaux pluviales demeure la plus souterraine et en même temps l’une des plus urgentes. Les précipitations intenses de plus en plus fréquentes dues au dérèglement climatique mettent à rude épreuve nos systèmes d’assainissement.

Les inondations hors norme, les débordements des réseaux d’eaux usées qui accompagnent les phénomènes pluvieux d’ampleur, avec leurs conséquences majeures sur le milieu naturel, sont des signaux d’alerte que nous ne pouvons plus ignorer. Invisibilisée depuis la révolution industrielle, la question de l’eau est devenue, dans une société confrontée au changement climatique, un enjeu majeur de nos choix politiques.

Malgré notre maîtrise technique et industrielle, à chaque nouvelle catastrophe, nous sommes renvoyés à une forme d’impuissance qui traduit notre imparfaite adaptation à cette nouvelle donne climatique et écologique. Effet conjugué de la dérive climatique et de l’imperméabilisation des sols due à l’étalement de nos villes, le danger que constituent les eaux pluviales urbaines non traitées doit être pris en main à l’échelle nationale, par le biais d’une stratégie spécifique.

Optimiser la gestion des flux

D’autant qu’au moment où la France a besoin de se réindustrialiser, il peut s’agir d’un levier pour une nouvelle dynamique industrielle. Les compétences existent et les technologies sont disponibles. Comme pour la réutilisation des eaux usées, des solutions d’ores et déjà éprouvées permettent de penser une prise en charge efficace, moderne et durable des eaux pluviales.

A l’image des réalisations en cours actuellement en Ile-de-France dans le cadre du plan baignade, de grands chantiers urbains peuvent être conçus puis conduits pour optimiser la gestion des flux, c’est-à-dire le stockage, le transport et le traitement de ces eaux excédentaires liées aux précipitations exceptionnelles de plus en plus fréquentes.

Nous disposons d’un savoir-faire et d’une maîtrise qui peuvent placer la France à l’avant-garde dans ce domaine. Il faut à présent construire un portage politique pour nous donner les moyens de relever ensemble ce défi.

Cent soixante-dix ans après la révolution haussmannienne des égouts parisiens, le temps est venu d’engager sans attendre une transformation majeure du paysage urbain, et notamment de nos zones denses, par une approche raisonnée, coordonnée et visionnaire de la question des eaux pluviales. Un plan Haussmann du XXIe siècle consacré aux eaux de pluies, en Ile-de-France comme à l’échelle nationale, peut donner demain au pays un nouveau levier de croissance verte.

Il vous reste 30.95% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Donnez une note

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


14 − dix =