En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


La Corée du Nord tire « plusieurs missiles de croisière » en mer Jaune

Écrit par le 22 juillet 2023


[ad_1]

Les tirs interviennent trois jours après le lancement de deux missiles balistiques en mer du Japon. A l’ONU, plusieurs diplomates ont demandé à la Chine son « assistance » sur la Corée du Nord.


Publié

Temps de lecture : 1 min.

Des Sud-Coréens devant un écran de télévision montrant un test de missile nord-coréen, le 22 juillet 2023, dans une gare de Séoul. (JUNG YEON-JE / AFP)

La tension monte d’un cran. La Corée du Nord a tiré samedi 22 juillet « plusieurs missiles de croisière » en mer Jaune, entre la péninsule coréenne et la Chine, a annoncé l’état-major interarmées de la Corée du Sud. Les tirs de missiles ont eu lieu autour de 4 heures heure locale (21 heures à Paris vendredi), selon la même source. Ces lancements surviennent trois jours après ceux de deux missiles balistiques, cette fois en mer du Japon, sur la côte est opposée.

« Les renseignements sud-coréens et américains analysent les lancements tout en surveillant les signes d’activités supplémentaires », a ajouté l’armée sud-coréenne. Par ailleurs, à l’ONU, plusieurs ambassadeurs ont demandé à la Chine son « assistance » sur la Corée du Nord. Les relations entre les deux Corées se trouvent au plus bas, la diplomatie étant au point mort et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un appelant à une accélération de la course aux armements, y compris des armes nucléaires tactiques.

Silence radio du côté de Pyongyang

Ces derniers tirs de missiles de croisière se produisent alors qu’un soldat américain, Travis King, est entré en Corée du Nord mardi depuis le Sud et y est possiblement détenu par les autorités, selon l’armée américaine. Mais Pyongyang garde le silence sur le sort de ce militaire, qui purgeait une peine de prison en Corée du Sud pour agression. « Le Pentagone a tenté de joindre l’armée nord-coréenne pour s’informer de la situation de King, mais n’a pas obtenu de réponse », a affirmé jeudi Matt Miller, un porte-parole du Département d’état.

Le même jour, Pyongyang a déclaré que l’escale en Corée du Sud d’un sous-marin nucléaire américain pouvait « tomber sous le coup des conditions d’utilisation » de ses propres armes atomiques. Séoul a répondu le lendemain à ces menaces en réaffirmant que toute attaque de ce type déclencherait une riposte entraînant la « fin » du régime de Kim Jong Un.



[ad_2]

Source link


Continuer la lecture