En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


La passion des Romains pour la pince à épiler

Écrit par le 23 juillet 2023


[ad_1]

Les fans des Monty Python le savent : les Romains n’ont rien fait pour nous. À part nous apporter le réseau sanitaire, la médecine, l’éducation, le vin, l’ordre public, l’irrigation, les routes, les aqueducs et la santé publique.

À en croire les spécialistes, la conquête romaine nous aurait également laissé en héritage les relations publiques, les snacks de rue, l’urbanisation, la monnaie, le calendrier, le chauffage par le sol et la bureaucratie.

À cette liste, l’English Heritage, chargé de la gestion du patrimoine historique en Angleterre, ajoute un nouveau point : l’épilation. “Des douloureuses techniques d’épilation à la cire aux rasages abrasifs, notre obsession moderne pour l’éradication du poil remonte à l’époque romaine”, annonce l’organisme à l’occasion de la réouverture d’un musée tout juste rénové.

Le poil sépare le Romain du Barbare

Plus de 4 000 objets sont aujourd’hui présentés à la cité romaine de Viroconium, près de Wroxeter, dans le Shropshire [dans l’ouest de l’Angleterre] parmi lesquels une sélection lève un coin du voile sur les pratiques liées au bain et à la beauté dans l’Angleterre sous occupation romaine.

On peut notamment y admirer des pinces à épiler utilisées pour enlever des poils disgracieux, aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Ce lieu a d’ailleurs li

La suite est réservée aux abonnés…

Dessin de Verane Cottin
  • Accédez à tous les contenus abonnés
  • Soutenez une rédaction indépendante
  • Recevez le Réveil Courrier chaque matin

Source de l’article

The Guardian (Londres)

L’indépendance et la qualité caractérisent ce titre né en 1821, qui compte dans ses rangs certains des chroniqueurs les plus respectés du pays. The Guardian est le journal de référence de l’intelligentsia, des enseignants et des syndicalistes. Orienté au centre gauche, il se montre très critique vis-à-vis du gouvernement conservateur.
Contrairement aux autres quotidiens de référence britanniques, le journal a fait le choix d’un site en accès libre, qu’il partage avec son édition dominicale, The Observer. Les deux titres de presse sont passés au format tabloïd en 2018. Cette décision s’inscrivait dans une logique de réduction des coûts, alors que The Guardian perdait de l’argent sans cesse depuis vingt ans. Une stratégie payante : en mai 2019, la directrice de la rédaction, Katharine Viner, a annoncé que le journal était bénéficiaire, une première depuis 1998.

Lire la suite

Nos services

[ad_2]

Source link