En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Le long supplice de Marion Rousse

Écrit par le 22 juillet 2023


[ad_1]

Occuper l’antenne durant de longues heures lors du Tour de France n’est pas seulement une partie de plaisir pour Marion Rousse.

Marion Rousse peut être soulagée. Le Tour de France touche en effet à sa fin. Attendue à Clermont-Ferrand, dimanche, pour présider aux destinées du Tour de France Femmes, la consultante de France Télévisions quittera la Grande Boucle dès samedi, à l’issue de la 20e étape dans les Vosges. Un changement de rôle vécu avec un certain soulagement par l’ancienne championne de France.

Car occuper l’antenne durant six ou sept heures entre la présentation de l’étape, les commentaires du direct et le débrief sur le plateau de Vélo Club n’est pas une sinécure. « On enchaîne parfois sept heures au micro, sans compter les émissions à enregistrer dans la foulée. Ça donne des migraines, c’est vrai, mais j’aime ce que je fais », a-t-elle ainsi confié dans les colonnes de Télé-Loisirs. A tel point qu’elle « espère rester le plus longtemps possible.»

On mange mal

Marion Rousse devrait d’ailleurs retrouver les micros dix jours après l’arrivée du Tour de France femmes pour les Championnats du monde organisés à Glasgow. Il sera alors temps de penser aux vacances. L’occasion de reprendre le sport et de retrouver une meilleure alimentation. « Durant le Tour, c’est tellement intense que l’on met de côté le sport et on mange mal », a-t-elle confié.

« Nous avons des plateaux repas… que j’essaie de ne pas trop toucher car mon rôle de meneur de jeu m’oblige à être toujours focus. « Jaja » et Marion alternent… quand l’un parle, l’autre mange, pareil avec Franck, avait expliqué Alexandre Pasteur avant le Tour dans le Quotidien du Sport. Si son rôle de directrice du Tour de France femmes sera – au moins – aussi prenant, il agit néanmoins comme une soupape. « Comme directrice, je sors de ma boîte. Et là, je suis accueille avec beaucoup de gentillesse et on parle tous le même langage. Celui de la passion du cyclisme », avait-elle expliqué au Parisien alors que se profilait le mois de juillet.

[ad_2]

Source link