En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


le pays a le choix entre “deux modèles antagoniques”

Écrit par le 23 juillet 2023


[ad_1]

“Tous contre tous.” Les scrutins de l’ère démocratique espagnole ont toujours respecté cet adage, note Público. Mais à l’occasion des législatives anticipées de ce dimanche 23 juillet, la formule a évolué. Désormais, les Espagnols doivent trancher “entre deux blocs qui représentent, grosso modo, deux projets pour le pays”, résume le site de gauche. “Deux modèles antagoniques”, même.

Depuis des semaines, les sondages et la presse tiennent pour acquis que, quel que soit le résultat à l’issue du scrutin, le prochain gouvernement espagnol sera le fruit d’une coalition. Ce sera soit une alliance entre le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) du Premier ministre Pedro Sánchez et Sumar, le mouvement de gauche radicale de la ministre communiste Yolanda Díaz ; soit un pacte conservateur entre le Parti populaire (PP, droite traditionnelle) d’Alberto Núñez Feijóo et Vox, la formation d’extrême droite de Santiago Abascal.

Combat

“La droite comme la gauche sont fortement mobilisées dans la campagne, remarque le quotidien conservateur El Mundo. Les uns souhaitent se débarrasser de Sánchez et les autres veulent empêcher Abascal (et Feijóo) d’accéder au pouvoir.”

Surfant sur sa victoire aux élections locales du 28 mai, où il a repris l’essentiel du pouvoir territorial dans

[ad_2]

Source link