En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Les experts de l’I4CE appellent à réaffirmer le cap de la transition écologique

Écrit par le 23 mars 2024


[ad_1]

Jean Pisani-Ferry présente son rapport sur le Grand Plan d’investissement de la France pour 2018-2022, le 25 septembre 2017 à l’hôtel Matignon à Paris.

C’est un groupe d’experts très écouté dans les cabinets ministériels et très inquiet de la situation. Présidé par Jean Pisani-Ferry, inspirateur du programme économique d’Emmanuel Macron en 2017, et dirigé par Benoît Leguet, l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE) a fait plancher sa quarantaine de spécialistes. Objectif ? Faire le point sur la planification, une stratégie défendue de longue date par ce centre de réflexion. Déplorant les signaux envoyés depuis l’arrivée de Gabriel Attal à la tête du gouvernement, l’I4CE plaide pour une relance de cette politique climatique. « Il nous semble essentiel que le premier ministre réaffirme aujourd’hui le cap et l’ambition du gouvernement », peut-on lire dans cette note qui propose plusieurs pistes.

Sans nier les difficultés conjoncturelles et structurelles, comme celles liées au contexte économique ou à la colère des agriculteurs, l’I4CE insiste pour que l’Etat s’approprie pleinement la planification en réfléchissant à chacune de ses décisions budgétaires d’un point de vue climatique. Une critique du récent plan d’économies annoncé par Bruno Le Maire dans lequel le « budget vert » a perdu 2,2 milliards d’euros d’un coup, avec un milliard enlevé au dispositif MaPrimRenov’. A l’approche d’un probable projet de loi rectificatif des finances publiques, l’I4CE conseille que toute nouvelle coupe dans les mois à venir ne concerne plus « les dépenses liées à la transition ». « Quelle que soit la trajectoire retenue par le gouvernement, il nous semble essentiel d’affirmer (…) qu’elles ont vocation à augmenter », précisent même les auteurs.

Pour trouver des économies, ces experts préconisent de faire une nouvelle revue des dépenses publiques afin que Bercy et les ministères identifient les projets qui ne semblent pas adaptés à l’évolution climatique : « En 2025, il s’agira aussi d’être en capacité de dépenser les dizaines de millions d’euros qui éviteront d’en gâcher, plus tard, des milliards. » Un message envoyé à Christophe Béchu, ministre de la transition écologique, qui doit mettre en consultation le troisième Plan national d’adaptation au changement climatique mi-avril.

Un combat européen

Saluant l’idée d’une stratégie pluriannuelle de financement de la transition écologique, l’I4CE estime que c’est le seul moyen de rassurer les acteurs privés mais aussi les ménages modestes et les classes moyennes. A condition que les financements soient bien fléchés vers ceux qui en ont le plus besoin. « Nous avons entendu la volonté du premier ministre de voir se déployer une écologie populaire illustrée par des mesures telles que le leasing social, que nous avons soutenu, peut-on lire. Nos travaux montrent qu’il y a encore des efforts à faire. »

Il vous reste 32.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

[ad_2]

Source link


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *