En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Les humains prêts à conquérir l’espace

Écrit par le 23 juillet 2023


[ad_1]

Une de “Courrier ados”, daté du 20 juillet 2023.
Une de “Courrier ados”, daté du 20 juillet 2023.

[Cet article est extrait de notre cahier “Courrier Ados”, paru le 20 juillet et vendu avec le numéro estival de “Courrier international”, en kiosque jusqu’au 9 août.]

“La Nasa pourrait profiter d’un alignement planétaire exceptionnel en 2033 pour envoyer sa première mission habitée en orbite autour de Mars et, au retour, de Vénus”, rapporte le site du journal américain Forbes. Le voyage ne durerait au total “que” cinq cent soixante-dix jours, contre huit cents à mille si le décollage se faisait à un moment où la Terre et Mars sont alignées différemment. Et ce, en incluant un survol de la planète nommée en l’honneur de la déesse romaine de l’Amour.

“Concernant la quantité d’énergie et de carburant nécessaires pour atteindre Mars, il s’agit d’une occasion unique qui ne se présente que tous les quinze ans”, a insisté Matt Duggan, responsable de la gestion des opérations chez Boeing, lors du sommet 2023 Humans To Mars (“les humains vers Mars”), qui s’est tenu en mai à Washington.

Cette mission serait la toute première à voir des humains s’aventurer aussi loin dans notre système solaire. Mais l’équipage ne foulerait pas tout de suite le sol de la planète rouge. Pour cela, il faudrait au mieux attendre 2037.

À l’horizon 2040

Ce programme, décrit dans un article du Journal of Spacecraft and Rockets ne correspond cependant pas tout à fait à la position officielle de l’agence spatiale américaine. Selon elle, prévoir de poser le pied sur Mars d’ici à 2040 est un objectif “agressif” et “audacieux”, précise le site spécialisé Space.

Avant cela, il faut s’assurer qu’on est capable de retourner sur notre propre satellite naturel et d’y vivre quelques mois – ce qui est prévu pour 2025, dans le cadre de la mission Artémis. La Lune pourrait ainsi servir de base intermédiaire avant d’envisager des voyages plus lointains et donc plus longs. La Nasa prévoit en outre d’utiliser la future station spatiale, appelée “Gateway”, qui orbitera autour de la Lune, pour accueillir des humains et y simuler des missions martiennes.

Reste que, sans attendre de poser à nouveau le pied sur notre satellite dans deux ans ou sur Mars en 2040, il y a déjà des humains dans l’espace. Au moment où vous lisez ces lignes, dix hommes, répartis sur deux stations spatiales (sept dans la station internationale et trois dans la station chinoise Tiangong), tournent en permanence à plus de 400 kilomètres autour de notre planète Terre.

[ad_2]

Source link


Continuer la lecture