En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


quand Vladimir Poutine veut une console concurrente 100% russe

Écrit par le 3 avril 2024


[ad_1]


Alexandre Bozio

Pour contrer les restrictions d’importations qui concernent le marché des jeux vidéo, et notamment la fin des activités sur le territoire russe des géants tels que Nintendo ou Sony, Vladimir Poutine a demandé à son Premier ministre d’envisager la fabrication d’une console 100% made in Russia. 

Vladimir Poutine a sans doute trouvé la parade miracle aux sanctions économiques misent en place par l’Union européenne et les États-Unis. Alors que de nombreuses entreprises ont quitté la Russie depuis l’invasion en Ukraine débutée il y a un peu plus de deux ans, le chef du Kremlin a décidé de relancer un secteur primordial pour son économie : celui des jeux vidéos. Le site d’actualité étatique RT, dont la version française a été suspendue au début de l’année 2023, a indiqué que Vladimir Poutine avait personnellement demandé qu’une console de jeux 100% russe soit fabriquée, accompagné d’un système d’exploitation propre et d’un service en « cloud gaming ».  

Développer le secteur national du gaming 

C’est courant 2022 que les gamers locaux ont vu disparaitre de leurs canaux officiels de vente les produits Sony et Nintendo tels que la Playstation ou la Switch. Mais comme lors du départ des géants Google ou Facebook, remplacés respectivement par Yandex et le réseau social VKontakte (VK), les russes pourront bientôt profiter d’un produit national. C’est au Premier ministre, Mikhaïl Michoustine, que le Kremlin a confié la mission de relancer et de développer le secteur du gaming. Alors qu’une première feuille de route devrait être proposée dans les mois à venir, cette future console est attendue pour 2026-2027. 

Reste désormais à savoir quelle sera la puissance de cette console et quelles seront ses compétences techniques. Pour rappel, la Russie avait déjà tenté de lancer la production d’un ordinateur doté d’un système d’exploitation made in Russia en 2022, mais les embargos mis en place empêchaient l’approvisionnement de puces ultramodernes.

La situation risque d’être similaire pour ce nouveau projet qui part de zéro et les performances de cette future console pourraient être limitées. À noter qu’avant le début de la guerre en Ukraine, le marché des jeux-vidéo russe pesait plus de 3,4 milliards de dollars. 

[ad_2]

Source link


Continuer la lecture