En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


SOS Médecins craint la fin de ses visites à domicile

Écrit par le 29 mars 2024


[ad_1]

SOS Médecins craint que les négociations tarifaires en cours entre l’Assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux, ne conduisent « tout droit à la fin des visites à domicile » pour la célèbre association. « Aujourd’hui déjà, les visites à domicile de jour sont grandement compromises, faute de trouver des médecins volontaires pour les effectuer. Beaucoup de médecins préfèrent les consultations en point fixe, financièrement deux à trois fois plus attractives », a exposé SOS Médecins dans un communiqué.

« Dans ces conditions, la visite à domicile ne survivra pas à l’été »

« Les discussions avec l’Assurance maladie semblent aboutir à un élargissement de cet écart », a-t-elle ajouté. « Dans ces conditions, la visite à domicile ne survivra pas à l’été », a-t-elle pronostiqué. La part des visites à domicile s’est déjà considérablement réduite depuis les débuts de SOS Médecins en 1966, où elles constituaient alors la totalité des actes des médecins membres. Cette réduction s’est accélérée à partir de 2019, et aujourd’hui, les visites à domicile ne représentent plus qu’un tiers de leur activité.

 

SOS Médecins craint d’être exclue du périmètre des revalorisations et des majorations tarifaires prévues dans le cadre des négociations avec l’Assurance-Maladie. Interrogés par l’AFP, tant l’Assurance maladie que les syndicats de médecin ont renvoyé les questions sur ce point à la prochaine séance de négociations, jeudi prochain. En attendant, SOS Médecins revendique que « toutes les visites de soins aigus » soient tarifées à 70 euros. Aujourd’hui, le tarif de ces visites en journée est fixé à 36,50 euros.

L’association réclame également « la mise en place d’une astreinte de 100 euros par heure » pour les médecins disponibles pour faire des visites à domicile sur appel du Samu ou du service d’accès au soin (SAS), le nouveau 15 qui redirige certains malades vers la médecine de ville. « Ce que nous défendons, ce n’est pas une augmentation de pouvoir d’achat, c’est le sauvetage d’un service médical qui est irremplaçable », a indiqué à l’AFP son secrétaire général, le docteur Serge Smadja. SOS Médecins est présent dans une soixantaine de villes françaises, et compte environ 1.300 médecins adhérents.

[ad_2]

Source link


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *