En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Vingegaard aggrave son cas

Écrit par le 23 juillet 2023


[ad_1]

Très prudent dans le final de l’étape vers le Markstein samedi, Jonas Vingegaard, en passe de gagner son deuxième Tour de France consécutif, a été critiqué pour son manque de panache.

Jonas Vingegaard est certainement le meilleur coureur de classement général du peloton, et il va le prouver en remportant son deuxième Tour de France consécutif. Pour autant, il est clair que le leader de la Jumbo-Visma ne déchaîne pas les passions, en France en tout cas, car le Danois est devenu depuis l’été dernier une star dans son pays.

En plus des suspicions liées à ses performances, Vingegaard doit également faire face aux critiques pour son cyclisme souvent jugé frileux. Samedi, lors de l’étape de montagne finale dans les Vosges, le Maillot jaune a plusieurs fois refusé de relayer Felix Gall et Tadej Pogacar dans le final. Il n’a pas non plus attaqué, alors qu’il se savait sans doute battu au sprint par Pogacar, vainqueur logique au Markstein. Mais l’essentiel était acquis pour Vingegaard.

Le coureur le plus ennuyant du peloton ?

« Je suis évidemment très, très heureux, car c’était mon objectif principal de l’année, a-t-il confié. Bien sûr, j’aurais aimé gagner l’étape, j’ai essayé d’attaquer par surprise dans le final car je savais que je n’avais aucune chance au sprint contre Tadej (Pogacar), mais le plus important était de garder le maillot jaune. »

En parlant du maillot jaune, Vingegaard a justement couru comme s’il éprouvait encore un danger, alors que sa victoire au classement général est acquise depuis mercredi, et l’étape de Courchevel. « Jonas Vingegaard court comme s’il avait 10 secondes d’avance sur Pogacar et pas 7 minutes, et c’est tellement ennuyant », a résumé le commentateur belge Benji Naesen sur Twitter, dans une sortie qui a reflété le sentiment général.

Pour autant, Vingegaard assume sa façon de faire. « On avait un plan pour chaque jour, on l’a suivi à la lettre et même si tout le monde ne l’a pas toujours compris, nous étions persuadés qu’il était le bon, et ça a payé. » A l’opposé du feu follet Pogacar, Vingegaard a soigneusement choisi le moment où il allait utiliser ses cartouches: lors de l’étape de Laruns, sur le chrono de Combloux, et sur les pentes du Col de la Loze. Pas besoin de se griller en remuant sur chaque étape. Le reste du temps, il s’est contenté de contrôler le tempérament offensif de son rival.

Voilà pourquoi Vingegaard va quitter ce Tour de France sans victoire dans une étape en ligne, ce qui ressemble à une anomalie vu sa domination par rapport à sa concurrents. Mais s’il faut lui faire un procès en attentisme, à sa décharge, on rappellera qu’il a été le protagoniste principal de l’une des étapes de montagne les plus spectaculaires de ces dernières années sur le Tour, l’an passé au Granon, quand il avait fait craquer un Pogacar alors en jaune. Et on peut imaginer que s’il avait terminé ce Tour avec plusieurs victoires d’étape en montagne, ses contempteurs l’auraient accusé de tuer le suspense et le charme de la course en s’accaparant tous les honneurs.



[ad_2]

Source link


Continuer la lecture