En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


de la mousse pour protéger les bourgeons du gel

Écrit par le 1 avril 2024


[ad_1]

Chaque matin, Jean Zeid livre ce qu’il se fait de mieux en matière d’innovation. Ce lundi, il s’intéresse à la startup AquaGreen Protect qui vise à protéger les bourgeons pour éviter les dégâts irréversibles que causeraient par exemple les dernières gelées printanières sur les vignes.

Ce lundi matin, on sauve les bourgeons du gel.
En avril, ne te découvre pas d’un fil. Cet adage, vous allez l’entendre pendant tout ce mois. Chez la start-up franc-comtoise AquaGreen Protect, on est allé encore plus loin, on en parle route l’année puisqu’ils ont décidé de protéger les bourgeons pour éviter les dégâts irréversibles que causeraient par exemple les dernières gelées printanières sur les vignes.
Comment s’y prennent-il pour prévenir les dégâts de gel sur des bourgeons ?
Ils utilisent de la mousse. C’est l’innovation développée par AquaGreen Protect, fondée en 2022 par Stéphane Franc. L’invention est brevetée, elle s’appelle Biogel, la formule liquide se compose d’eau et d’extraits végétaux. Et l’entreprise a déposé une demande de brevet pour un kit composé d’un fût de 100 litres, d’un mélangeur et d’un système de pulvérisation permettant la production de mousse « antigel ».
Qu’a-t-elle de si particulier cette mousse ?

Elle est dense et très collante. Une fois épandue sur la zone des bourgeons, elle forme comme une enveloppe, une gangue isolante. La mousse durcit en 1 h et dans cette mousse, il y a quand même des bulles d’air qui vont isoler les bourgeons sans les asphyxier. Avec deux couches, la protection est de -4 °C pendant 24 h. L’objectif d’AquaGreen Protect est d’aller jusqu’à -6 °C pendant 48 h avec une nouvelle formule. En fait, c’est l’épaisseur de la mousse qui fait l’isolation du bourgeon, plusieurs applications pourraient permettraient d’améliorer cette doudoune pour bourgeons.
Justement, comment elle s’applique cette doudoune pour bourgeons ?
La formule qui va jusqu’à -4 s’applique une à deux heures avant le gel, soit par pulvérisation manuelle ou grâce à une rampe. Faut être réactif. L’avantage de cette substance, c’est qu’elle est organique et donc biodégradable, et elle n’aura pas d’incidence sur la croissance de la vigne. «
La start-up qui a mené ses premiers tests et dont les conclusions montrent une efficacité de 19 h minimum vis-à-vis d’une température de -2 °C avec un seul passage.

C’est là où on comprend l’intérêt de faire plusieurs passages pour améliorer cette protection.
Les premiers essais au vignoble et grandeur nature seront effectués cette année en Bourgogne par la chambre d’agriculture ou chez certains viticulteurs.
Et dernière interrogation : combien ça coute ? : les première estimations parlent de 500 euros/ha. AquaGreen Protect qui travaillent surtout à améliorer les conditions d’application de sa formule doudoune à bourgeons. 

[ad_2]

Source link


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Continuer la lecture