En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


L’ASM fait le show et met la pression Brest – Dbrief et NOTES des joueurs (Metz 2-5 Monaco)

Écrit par le 31 mars 2024


[ad_1]

Minamino a lanc le festival mongasque ds la 4e minute.

Mis sous pression par Lille, vainqueur de Lens (2-1) vendredi, Monaco a répondu de la meilleure des manières sur la pelouse de Metz (5-2) ce samedi, lors de la 27e journée de Ligue 1. Quatrième avant le coup d’envoi, le club princier s’empare provisoirement de la place de dauphin.

Si le titre semble promis au Paris Saint-Germain, la lutte pour la place de dauphin s’annonce passionnante. Le sprint final a été lancé par Lille, vainqueur du derby face à Lens (2-1) en ouverture de la 27e journée de Ligue 1 vendredi, et Monaco a brillamment répondu sur la pelouse de Metz (5-2) ce samedi.

Un véritable festival pour les joueurs du Rocher, qui ont mis fin au suspense en un petit quart d’heure. L’occasion pour eux de repasser devant le LOSC et surtout Brest, opposé à Lorient ce dimanche (13h).

16 minutes pour mettre fin au suspense

Malgré une entame courageuse des Grenats, poussés par leur public pour aller chercher trois points ô combien précieux en vue du maintien, les hommes d’Adi Hütter ont rapidement pris le dessus. Avec une première grosse occasion pour Vanderson, mis en échec par un superbe arrêt d’Oukidja. Mikautadze lui a répondu avec un petit festival côté gauche, puis les Monégasques ont entamé le leur. Létal, et clinique, à l’image de l’enchaînement de Minamino dans la surface pour ouvrir le score (0-1, 4e) !

Une petite erreur d’inattention, et une punition logique. Même combat quelques minutes plus tard lorsque Van Den Kerkhof a perdu le ballon au milieu de terrain : Akliouche lui a ravi le cuir, puis il a filé défier Oukidja pour faire le break (0-2, 10e). Le troisième but reste le plus important, et Mikautadze aurait pu, voire dû l’inscrire, mais il a perdu son duel face à Majecki ! En face, Vanderson n’a quant à lui pas tremblé au moment de convertir un caviar de Golovin (0-3, 16e). Fin du suspense ? Clairement.

L’énorme bourde d’Oukidja

Brouillons techniquement et terriblement friables défensivement, les Lorrains ont failli encaisser un quatrième but avant la pause : heureusement pour eux, Ben Yedder a dévissé sa frappe à bout portant. Rebelote après le passage aux vestiaires, lorsque Candé est passé très proche du but contre son camp… Les vagues monégasques se sont enchaînées, et les hommes de Laszlo Bölöni n’ont jamais réussi à trouver la solution. Que ce soit devant ou derrière.

«Mouillez le maillot, mouillez le maillot !», ont chanté les supporters messins pour tenter de faire réagir leurs joueurs. Sans succès, en dehors des rares fulgurances de Mikautadze, toujours trop seul et rarement bien servi. Et la défense monégasque ne lui a fait aucun cadeau. Oukidja, lui, a en revanche été très généreux avec une tentative de talonnade dans la surface : Balogun a bien suivi, et il l’a puni (0-4, 76e) ! Un but révélateur mais anecdotique, comme celui inscrit par Diallo pour sauver l’honneur (1-4, 79e).

Une fin de match folle

Tout de même revigorés par cette réaction tardive, et surtout par l’entrée de Jallow, à l’origine du premier but messin, les locaux ont continué à pousser. I. Sané, fraîchement entré en jeu, a réveillé le public en reprenant bien un centre de Kouao (2-4, 84e), mais Balogun lui a immédiatement répondu (2-5, 88e). Une fin de match assez folle, et une superbe opération au classement pour l’ASM, qui reprend provisoirement la 2e à Brest, opposé à Lorient dimanche (13h).

La note du match : 5/10

Il n’y a pas vraiment eu de match. Et s’il y en a eu un, il n’a pas duré plus de cinq minutes. Les Monégasques ont régalé lors du premier quart d’heure, et ils ont surtout rapidement mis fin au suspense. En face, les Messins ont été trop brouillons techniquement pour espérer revenir, malgré leur sursaut d’orgueil en fin de match.

Les buts :

– Ben Seghir trouve Minamino dans la surface. Le Japonais réalisé un superbe enchaînement pour tromper Oukidja (0-1, 4e).

– Akliouche chipe la balle à Van Den Kerkhof au milieu de terrain. Le milieu offensif file vers le but et se sert de l’appel de Ben Yedder pour faire le break (0-2, 10e).

– Golovin voit le superbe appel de Vanderson et lui glisse un amour de ballon dans la surface pour le troisième but monégasque (0-3, 16e).

– Candé joue en retrait sur Oukidja. L’ancien gardien strasbourgeois tente une talonnade pour remettre le ballon à son défenseur, mais Balogun suit bien et le punit (0-4, 76e) !

– Trouvé côté droit par Jallow, Kouao centre fort pour Diallo, qui sauve l’honneur en une touche de balle (1-4, 79e).

– Kouao remet ça et adresse un centre millimétré à I. Sané, fraîchement entré en jeu, qui crucifie Majecki de près (2-4, 84e).

– Sur corner, Kehrer effleure le ballon de la tête et dévie pour Balogun, qui transforme à bout portant (2-5, 88e).

Les NOTES des joueurs

Maxifoot a attribué une note (sur 10) commentée à chaque joueur.

L’homme du match : Maghnes Akliouche (7,5/10)

Monaco a gagné ce match en première période, et le milieu offensif de 22 ans a particulièrement brillé lors de ce premier acte. C’est lui qui a lancé les hostilités avec un superbe centre pour Vanderson, mis en échec par Oukidja, puis il a inscrit le but du break après une interception dans les pieds de Van Den Kerkhof et une course de 40 mètres. Il a souvent été dans les bons coups de son équipe, et quelle aisance balle au pied…

METZ :

Alexandre Oukidja (2) : un premier bel arrêt devant Vanderson, puis un naufrage. Il a certes souvent été livré à lui-même et victime des erreurs de sa défense, mais comment expliquer cette malheureuse tentative de talonnade qui a offert le but du 4-0 à Balogun ? Relégable, le FCM a besoin de leaders, et un leader ne devrait pas faire ça.

Koffi Kouao (7) : sans doute le meilleur joueur messin aujourd’hui. De retour dans le XI de départ, le latéral droit a plutôt bien contenu Ben Seghir, et il a surtout offert deux passes décisives à Diallo puis I. Sané. Une éclaircie dans la grisaille.

Aboubacar Lô (5,5) : dans un rôle hybride de sentinelle, le Messin a alterné le bon et le moins bon. Dans le négatif, on retiendra un placement parfois douteux sur les buts monégasques. Dans le positif, cette passe qui aurait dû être décisive pour Mikautadze à 2-0. Remplacé à la 82e minute par Ibou Sané (non noté), qui a marqué le deuxième but messin à bout portant.

Ismaël Traoré (4) : la phrase sur les leaders destinée à Oukidja vaut également pour Traoré. Au vu de son expérience, il devrait élever la voix lorsque le bateau tangue, mais il a coulé comme tous ses coéquipiers de la défense aujourd’hui.

Fali Candé (4) : mal placé sur le premier but monégasque, Candé n’a jamais vraiment réussi à se reprendre par la suite, et il est passé très proche du CSC après la pause.

Matthieu Udol (5) : on retiendra son leadership et ses tentatives pour sonner la révolte, avec plusieurs montées offensives. Mais il est impossible d’occulter son placement douteux sur le but de Vanderson, qui a tranquillement repris le ballon dans son dos.

Kevin Van Den Kerkhof (3) : un match à oublier pour l’international algérien, qui n’a jamais réussi à faire la différence sur son côté droit. C’est également lui qui perd le ballon au milieu de terrain sur le but d’Akliouche. Remplacé à la 71e minute par Ablie Jallow (non noté), auteur d’une belle entrée en jeu et à l’origine des deux buts messins.

Arthur Atta (5,5) : une prestation difficile à juger car Atta aura finalement été l’un des meilleurs de son équipe. Les rares situations intéressantes du premier acte sont souvent venues de lui, et sa technique lui a permis de tirer son épingle du jeu par rapport à ses coéquipiers.

Lamine Camara (5) : au vu de son talent, on en attend davantage de la part du milieu de terrain. Il n’a pas réussi à se mettre en évidence aujourd’hui, lui qui a souvent couru derrière le ballon.

Joel Asoro (non noté) : transparent pendant le peu de temps qu’il a passé sur la pelouse, l’ailier a été remplacé dès la 24e minute par Pape Diallo (6,5), auteur du premier but messin.

Georges Mikautadze (5,5) : il est assurément le meilleur joueur du FC Metz, mais il ne l’a pas prouvé aujourd’hui. Il s’est certes battu comme un diable aux avant-postes, et le danger est presque uniquement venu de lui. Problème : Mikautadaze n’a pas marqué quand il aurait dû le faire, c’est-à-dire à 2-0 après une superbe passe de Lô. Remplacé à la 82e minute par Sadibou Sané (non noté).

MONACO :

Radoslaw Majecki (5,5) : difficile de lui reprocher quelque chose sur les deux buts encaissés, lui qui a été fusillé à bout portant. En revanche, il a réalisé un arrêt décisif en première période devant Mikautadze, à 2-0.

Vanderson (7) : titulaire en L1 pour la première fois depuis le 4 février, le latéral droit a été très bon. Et très offensif, comme à son habitude, en se procurant la première occasion de son équipe puis en inscrivant le troisième but. Remplacé à la 89e minute par Mamadou Coulibaly (non noté).

Wilfried Stephane Singo (5,5) : il a parfaitement débuté son match avec une belle intervention devant Mikautadze, qu’il a gêné par la suite. Il a eu plus de mal en fin de match.

Thilo Kehrer (6) : lui aussi auteur d’une belle prestation malgré cette fin de match ratée, avec deux buts encaissés, Kehrer a également été décisif offensivement grâce à sa belle déviation de la tête pour Balogun.

Ismail Jakobs (5,5) : le latéral gauche a multiplié les montées offensives et il a souvent apporté le danger dans la surface adverse. Un peu moins concentré en fin de rencontre, puisque les deux buts messins viennent de son côté.

Youssouf Fofana (6) : son équipe a commencé à moins bien jouer lorsqu’il est sorti. Car au-delà de son gros travail au milieu de terrain, Fofana est également un leader par la parole. Il l’a encore prouvé aujourd’hui. Remplacé à la 65e minute par Soungoutou Magassa (non noté).

Maghnes Akliouche (7,5) : voir plus haut.

Aleksandr Golovin (7) : en première période, tous les ballons sont passés par lui. Et il les a presque tous bonifiés. À l’image de cette amour de passe décisive pour Vanderson sur le 3-0. Remplacé à la 79e minute par Edan Diop (non noté).

Takumi Minamino (7) : dans un rôle plus reculé que d’habitude, le Japonais a été très bon. C’est lui qui débloque la partie grâce à un superbe enchaînement dans la surface de réparation. Par la suite, ses passes dans le dos ont fait très mal à la défense adverse. Remplacé à la 65e minute par Krépin Diatta (non noté).

Eliesse Ben Seghir (5,5) : une rencontre difficile à juger pour la pépite, plutôt discrète mais à créditer d’une passe décisive pour Minamino. Remplacé à la 65e minute par Folarin Balogun (non noté), auteur d’un doublé de renard des surfaces en contrant la talonnade d’Oukidja dans le but et en reprenant bien une déviation de Kehrer.

Wissam Ben Yedder (6) : une prestation assez solide pour le capitaine, malgré sa grosse occasion manquée à 3-0. C’est lui qui se trouve au départ de l’action du premier but, et il aurait pu offrir une passe décisive à Balogun en seconde période grâce à une superbe déviation du talon, mais son compère d’attaque a manqué de vista.

+ Retrouvez les résultats et le classement de Ligue 1 sur Maxifoot

Et pour vous, quels ont été les meilleurs et les moins bons joueurs du match ? Réagissez dans la zone de « commentaires » ci-dessous !

METZ 2-5 MONACO (mi-tps: 0-3) – FRANCE – Ligue 1 / 27e journe
Stade : Stade Saint Symphorien, Metz – Arbitre : Eric Wattellier, France

Buts : P. Diallo (78e) S. San (84e) pour METZT. Minamino (4e) M. Akliouche (10e) Vanderson (16e) F. Balogun (76e) F. Balogun (87e) pour MONACO
Avertissements :

METZ : A. OukidjaI. Traor, Fali CandK. Kouao, M. UdolA. L (S. Sane, 82e)K. Van Den Kerkhof (A. Jallow, 71e), L. Camara, A. Atta, J. Asoro (P. Diallo, 24e)G. Mikautadze (S. San, 82e)

MONACO : R. MajeckiW. Singo, T. KehrerVanderson (M. Coulibaly, 89e), I. JakobsY. Fofana (F. Balogun, 66e), A. Golovin (E. Diop, 79e)T. Minamino (K. Diatta, 65e)M. Akliouche, E. Ben Seghir (S. Magassa, 66e)W. Ben Yedder

Minamino a vite trouvé la faille sur un centre de Ben Seghir (0-1, 4e)

Akliouche a fait le break dans la foulée après une cours de 40 mètres (0-2, 10e)

Vanderson, parfaitement servi par Golovin, a mis fin au suspense (0-3, 16e)

L’énorme bourde d’Oukidja avec cette talonnade ratée et contrée par Balogun dans le but (0-4, 76e) 

Metz a eu un sursaut d’orgueil grâce à Diallo (1-4, 79e) et I. Sané (2-4, 84e)

Puis Balogun a mis fin au festival de son équipe avec un doublé (2-5, 88e)



[ad_2]

Source link


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *