En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


l’Etat va porter plainte contre l’élève pour «dénonciation calomnieuse»

Écrit par le 27 mars 2024


[ad_1]

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé mercredi que l’Etat « allait porter plainte » pour « dénonciation calomnieuse » contre l’élève qui avait accusé le proviseur de son lycée parisien de l’avoir violentée après son refus d’enlever son voile. « L’Etat, l’institution, sera toujours aux côtés de ses agents, de ceux qui sont en première ligne face à ces atteintes à la laïcité, face à ces tentatives d’entrisme islamiste dans nos établissements scolaires », a fait valoir le chef du gouvernement sur TF1, au lendemain de l’annonce du départ du proviseur du lycée Maurice-Ravel, menacé de mort depuis l’incident. « J’ai décidé que l’Etat allait porter plainte contre cette jeune femme pour dénonciation calomnieuse », a déclaré Gabriel Attal. La plainte de l’élève a été classée sans suite pour « infraction insuffisamment caractérisée », a annoncé mercredi le parquet.

La laïcité « sans cesse mise à l’épreuve »

« La laïcité » est « sans cesse mise à l’épreuve. Et on le voit, il y a une forme d’entrisme islamiste qui se manifeste notamment dans nos établissements scolaires », a déclaré Gabriel Attal. « Cet entrisme, ces coups de boutoir ont fait récemment deux victimes dans la famille de l’Education nationale, Dominique Bernard et Samuel Paty », a-t-il dit. Ces deux enseignants ont été tués dans des attentats islamistes, Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine en octobre 2020 et Dominique Bernard à Arras, en octobre 2023.

Mercredi après-midi, le Premier ministre a reçu pendant une heure le proviseur du lycée Maurice-Ravel. « Je veux vraiment lui rendre hommage parce qu’il a une très grande dignité dans cette épreuve. Il devait partir en retraite au mois de juin. (…) Certains lui ont conseillé pour des raisons de sécurité, de partir un peu plus tôt », a dit Gabriel Attal. Il « a tout simplement fait son travail ». « Il a demandé à une jeune femme d’appliquer la loi, c’est à dire de retirer son voile dans l’établissement scolaire. Cette jeune femme l’a refusé et, pire encore, elle a cherché à l’intimider en l’accusant de l’avoir molestée ou de violence », a-t-il dit. « Ces accusations » ont « ensuite été relayées sur les réseaux sociaux », y compris « par certains élus, je pense à une députée de la France insoumise », et ont « donné lieu à des menaces de mort à l’endroit de ce proviseur », a-t-il dit.

[ad_2]

Source link


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *