En ce moment

Titre

Artiste

[qt-onairmini]

[qt-onairmini]


Logiciel : le français Planisware à nouveau sur le point de s’introduire en Bourse

Écrit par le 16 avril 2024


[ad_1]

Un spécialiste de la gestion de projet doit parfois s’adapter à des contretemps. Empêché de s’introduire à la Bourse de Paris en octobre dernier en raison d’un marché refroidi après les attaques du Hamas en Israël, l’éditeur français de logiciel Planisware prévoit finalement de se coter sur Euronext ce jeudi 18 avril.

Comme le 11 octobre dernier avant l’annonce le même jour du report de l’opération, les dirigeants ont opté pour un prix de 16 euros par action et espèrent ainsi lever 241 millions d’euros. Il s’agit d’un niveau d’introduction plutôt bas, a reconnu lors d’une conférence téléphonique Pierre Demonsant, co-fondateur et président de Planisware, assurant « privilégier le parcours boursier futur » de la société. « L’environnement reste très volatil », a-t-il ajouté.

A ce niveau, Planisware se valoriserait 1,1 milliard d’euros, soit la fourchette basse de la première estimation indiquée au tout début du processus.

Une sortie d’Ardian

Rare réussite du logiciel français à l’international – 80 % des 156 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’export – Planisware compte sur sa cotation pour renforcer sa légitimité auprès des grands clients internationaux. Ses logiciels de gestion de projets ont notamment trouvé preneur auprès des équipes d’ingénieurs en recherche et en développement de produit. BMW et Michelin dans l’automobile, EDF et Aramco dans l’énergie ou encore les laboratoires Pfizer et Merck en pharmacie sont clients.

Après la transaction, les fondateurs conserveront la majorité du capital et un rôle actif à la direction du groupe. Le fonds Ardian cède, lui, une partie des 20 % qu’il possède au capital depuis un premier investissement au début des années 2000.

Une rare « IPO » tech

Née bien avant l’engouement pour la French Tech, la société elle-même avait été créée en 1996. Vingt-huit ans plus tard, elle promet toujours un taux à deux chiffres pour la croissance de ses revenus, à +19,5 % pour 2024, et une marge brute d’exploitation de 33 %.

Après seulement six introductions en Bourse de Paris en 2023, l’opération fera quoi qu’il arrive date pour le marché français. Elle est l’aussi l’une des peu communes « IPO » de la tech française après OVHcloud en 2021 et Deezer en 2022.

[ad_2]

Source link