En ce moment

Titre

Artiste


pourquoi certains salariés mentent à leur patron

Écrit par le 17 juillet 2023




En télétravail, certains salariés font du ménage au lieu de répondre à leurs courriels, d’autres regardent des séries ou gonflent allègrement le total de leurs heures supplémentaires. Il y a quelques semaines, Die Zeit Online a demandé à ses lectrices et lecteurs dans quelles circonstances ils mentaient à leurs collègues et à leurs supérieurs. Plus de 800 personnes ont répondu.

Eli*, 26 ans, informaticien dans le BTP

“Je travaille souvent de chez moi et je triche tous les jours de manière phénoménale sur mes heures de travail. Aujourd’hui, j’ai déjà fumé deux pétards, j’ai regardé quatre épisodes d’Avatar. Le maître des éléments, je viens de me commander une pizza, et pendant tout ce temps j’apparais comme présent sur le logiciel téléphonique. Quand quelqu’un appelle, je décroche immédiatement et je fais le boulot. Ça n’arrive pas souvent, alors je ne fais pas grand-chose. Ça fait très longtemps que j’ai perdu l’envie d’améliorer mon travail ou de participer à un nouveau projet. J’ai un très bon salaire et je travaille peut-être dix heures par semaine, alors qu’officiellement j’en fais quarante. Honnêtement, ça m’est égal. Si je me fais prendre un jour, ils n’auront qu’à me licencier.”

“Quand [un employé] s’identifie fortement à son travail et crée un lien solide avec l’entreprise, il ne triche pas”, explique la psychologue Birgit Langebartels. C’est toutefois souvent plus difficile avec le télétravail. Les collègues ne voient pas vraiment ce que vous faites ni les efforts que vous consentez. “Bon nombre de télétravailleurs se sentent invisibles et non reconnus pour leur travail”, poursuit-elle. Le sentiment d’appartenir à une équipe s’estompe, et ils perdent le contact avec l’entreprise.

Max*, 24 ans, employé de vente à Munich

Les réunions en visio n’aboutissent à rien. Aucune décision. Du coup, je réduis la fenêtre à un quart de mon second écran, et sur l’écran principal je fais un jeu vidéo. C’est parfait quand on a un peu de temps et qu’on a envie de jouer avec des amis. Finalement, on s’amuse bien, et il n’y a absolument aucune conséquence. Ça va faire trois ans maintenant. Ça ne me pose aucun problème. Je suis payé au résultat, pas pour me torturer l’esprit. On gère tellement de gens insupportables, il faut bien compenser comme on peut. Ma loyauté va à mes amis, à ma famille et à mon salaire à la fin du mois, pas à l’entreprise.”

Quand un salarié se livre à d’autres activités sur ses heures de travail, c’est en partie parce qu’il a cru que le télétravail permettrait effectivement de concilier vie privée et vie professionnelle, explique Birgit Langebartels.

“Au début de la pandémie, on a eu l’impression qu’avec le télétravail on allait enfin pouvoir tout gérer, explique-t-elle. La famille, le travail, les loisirs, les amis… Sauf qu’on a vite compris que ce n’était pas le cas et qu’on était complètement dépassé et exaspéré.” Pour certaines personnes, la solution consiste à resserrer le champ de leur attention. Que ce soit sur la famille, le ménage ou les loisirs.

Luisa*, 46 ans, chercheuse

“Je suis chercheuse et ça fait plus de dix ans que je travaille pour la mairie. Comme je venais d’un autre secteur, nous sommes convenus verbalement avec mon employeur que je commencerais à un échelon inférieur à mes qualifications et à mes activités. Après cette première phase, je devais rejoindre le bon échelon, mais j’attends toujours. Mes chefs me confient des tâches difficiles en échange d’un salaire moyen. Enfin, disons plutôt que je devrais accomplir ces tâches, mais qu’en réalité cela fait plusieurs mois que je ne les fais plus. Je n’ai pas d’autre choix que de démissionner : officiellement ou silencieusement.

“J’en fais de moins en moins et je me limite au strict minimum. Je suis physiquement



Source link

Donnez une note