En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

RENCONTRE

17:00 18:30

Emission en cours

RENCONTRE

17:00 18:30


Cantenac-Brown inaugure son chai écologique en terre crue

Écrit par le 29 mars 2024



Au coeur du vignoble de margaux, le château de style Tudor bâti en 1806 par John Lewis Brown impose naturellement sa superbe de pierre et de brique au visiteur de passage. Plus de deux cents ans plus tard, un nouveau geste architectural fort vient d’être présenté par Tristan Le Lous, propriétaire depuis 2019, avec sa famille (laboratoires Urgo) de ce prestigieux domaine viticole. Dès 2020, dans un souci de doter la propriété d’infrastructures techniques à la hauteur des ambitions qualitatives affichées, un projet de nouveaux cuvier et chai est lancé. Avec un objectif, être le plus écoresponsable possible. L’architecte Philippe Madec, très engagé sur ces problématiques, a relevé le défi zéro carbone en n’utilisant aucun ciment mais uniquement des matériaux biosourcés d’Aquitaine.

« Une frugalité heureuse »

Loin de certaines réalisations ostensibles apparues ces dernières années dans le vignoble, l’intégrité du bâti est ici de mise. Les 5.000 m2 s’insèrent dans les bâtiments préexistants et affichent immédiatement leur unicité. Les murs bicolores ocre aux bandes rouges font écho à ceux du château et dévoilent sans fard le pisé utilisé pour leur édification.

Technique ancestrale de construction parfaitement résistante aux intempéries, cette terre crue mêlant argile et sable a été compactée in situ. Elle forme une enceinte de quelque 55 cm d’épaisseur, auxquels s’ajoutent 25 cm d’isolation en liège, un espace vide de 5 cm et 15 cm de briques de terre compressée. L’inertie thermique (15 °C à l’année) et l’hygrométrie naturellement régulée par la terre sont exceptionnelles, permettant de supprimer toute climatisation. Mais le chef-d’oeuvre demeure la superbe charpente du chai, monumentale coque de bateau inversée protégeant l’élevage des vins et favorisant l’élévation de l’âme. Du bois et de la terre, ou l’idée d’une « frugalité heureuse. Faire mieux avec moins », comme l’explique Tristan Le Lous.

Le projet a permis en outre de repenser toutes les installations techniques. Le cuvier, désormais entièrement gravitaire et largement vitré, a vu son nombre de cuves passer de 33 à 70. Tronconiques et thermorégulées, elles permettront, grâce à leur contenance de 50 à 120 hectolitres, de mener des vinifications intraparcellaires plus précises.

En bref

La cote iDealwine

Biondi Santi. Le domaine Biondi Santi ? Les amateurs de vins toscans lui doivent beaucoup. Car sans Clemente Santi, l’appellation Brunello di Montalcino n’aurait peut-être pas vu le jour. Désireux de produire de grands vins de garde, Clemente Santi vinifie le sangiovese au XIXe siècle, et ses descendants donneront leur nom à l’une de ses variantes, le Sangiovese Grosso BBS (pour Brunello Biondi Santi). Aujourd’hui dans le giron du groupe EPI, les vins se valorisent bien aux enchères : 526 euros pour la cuvée Riserva 1997, adjugée sur iDealwine.com.

Angélique de Lencquesaing

Un verre de…

Pécharmant Château du Rooy 2020. Pépite du vignoble bergeracois, Pécharmant est une appellation méconnue qui produit pourtant de belles cuvées à l’image de ce 2020, assemblage classique de merlot, cabernet sauvignon et cabernet franc. Bien qu’un peu marqué par son élevage de douze mois en barriques, le vin a conservé un fruité relativement frais. La matière charnue en bouche est bien dessinée et offre des tannins soyeux. Le parfait candidat pour une belle pièce de boeuf.

Prix : 11,10 €.

J.-M. B.

Damien Hirst expose au Château La Coste

Paddy McKillen a imaginé ici, en Provence, un écosystème exceptionnel où les plus grands noms de l’architecture (Tadao Ando, Jean Nouvel…) et de l’art (Sophie Calle, Richard Serra, Alexander Calder…) ont laissé leurs marques. Jusqu’au 23 juin, le propriétaire a donné carte blanche au prolifique et polémique Damien Hirst pour investir les 200 hectares du domaine. Une exposition baptisée « The Light That Shines » qui permet de retracer les trente ans de création de l’artiste anglais, de ses célèbres animaux plongés dans le formol aux boîtes à lumière de la série « Treasures from the Wreck of the Unbelievable », sans oublier quelques oeuvres inédites dont les très réussies toiles de la série « The Empresses » réalisées avec des ailes de papillons.

J.-M. B.



Source link

Donnez une note

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


15 − cinq =