En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

RENCONTRE

17:00 18:30

Emission en cours

RENCONTRE

17:00 18:30


  • Non classé

Tech. Le Kenya envisage d’interdire TikTok à ses responsables gouvernementaux

Écrit par le 27 mars 2024




TikTok est dans le viseur des autorités au Kenya. Interrogé par une commission parlementaire sur les problèmes posés par le réseau social, le ministre de l’Intérieur, Kithure Kindiki, a indiqué le 21 mars que l’exécutif envisageait d’interdire l’utilisation de TikTok à ses responsables gouvernementaux afin d’éviter la collecte de données sensibles, rapporte la presse kényane, notamment le site de la chaîne Citizen.

L’audition du ministre s’est déroulée dans le cadre de l’examen de la requête de Bob Ndolo, directeur de l’agence de conseil Bridget Connect Consultancy, qui réclame l’interdiction du réseau social à l’Assemblée nationale. Il soutient que certains contenus à caractère violent ou sexuel partagés sur la plateforme constituent “une menace pour les valeurs culturelles et religieuses du pays”, résume le site Nation.

Un avis partagé par le ministre de l’Intérieur kényan, qui estime que “la requête soulève de sérieux problèmes”. “La plateforme TikTok a été utilisée par des criminels pour diffuser des informations malveillantes, voler des comptes […], commettre des fraudes […] et distribuer du contenu et des images à caractère sexuel”, a souligné Kithure Kindiki. Il précise que le gouvernement a contacté l’entreprise pour exiger qu’elle se conforme aux lois sur la protection de la vie privée, la vérification des comptes et la modération des contenus.

“Bénéfices économiques”

La perspective de l’interdiction de TikTok aux responsables gouvernementaux pourrait-elle être le prélude à une interdiction globale du réseau dans le pays ? C’est le débat qui agite aujourd’hui le Kenya, souligne Nation. “Un problème complexe”, indique le ministre de l’Intérieur, qui note que la plateforme “apporte d’énormes bénéfices économiques”.

Soucieux de préserver la protection des données de ses citoyens, le Kenya a déjà interdit la société Worldcoin dans le pays. Pour promouvoir sa cryptomonnaie, Worldcoin offrait aux Kényans l’équivalent d’une cinquantaine d’euros contre un scan de leur iris. Une initiative qui avait rencontré un immense succès à l’été 2023, provoquant l’inquiétude des autorités.

TikTok, de son côté, a notamment été utilisé à l’approche des élections de 2022 pour “mener des manifestations antigouvernementales”, rappelait le site américain Semafor en août 2023. La plateforme, menacée d’interdiction aux États-Unis en raison de ses liens avec la Chine, est de plus en plus controversée en Afrique. Elle a déjà été bloquée au Sénégal et en Somalie, souligne African Business. Comme le Kenya, l’Égypte et l’Ouganda envisagent par ailleurs de prendre des mesures contre le réseau social.



Source link

Donnez une note

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


20 + 13 =